Un appui specifiquement dédié aux acteurs du changement pour anticiper et accompagner le changement d'echelle. 

Comprendre votre vision et la mission sociale de votre structure : 

 

Lors de nos premiers échanges nous poserons le cadre de l'intervention.

On sait depuis longtemps que le simple fait de parler, d'intervenir auprès d'une équipe de travail sans même introduire de changement effectif produit des effets sur le travail lui même. ( Mayo,1930) 

A ce niveau, il apparait que la qualité des questions posées lors de ces échanges determine la façon dont les individus vont pouvoir se mettre en mouvement. 

 

Poser les bonnes questions et composer ensemble des pistes d'amélioration : 

 

Face à vos problématiques spécifiques (mobilisation et engagement, gestion des ressources bénévoles problématiques RH) nous prendrons le temps nécessaire pour nous connecter aux énergies vitales de votre structure, aux reussites, aux moments de cohésions passés . 

 

 

Finalisation de la mission, mise en place de solutions concrètes :

 

A la fin de la mission, nous préparons avec vous un véritable outil de pilotage pour la mise en place des préconisations ou des pistes d’améliorations . 

 

 

Pamplemousse réalise des prestations prise en charge par le DLA 

Le DLA a été créé en 2002 par l’État et la Caisse des Dépôts, avec le soutien du Fonds Social Européen, rapidement rejoints par le Mouvement associatif. Soutenu et financé au niveau territorial par de nombreuses collectivités locales, il est animé au niveau national par l’Avise.

Actualités et infos thématiques du secteur. 

Extrait N° 5 de la NOTE D’ANALYSE Janvier 2014 Enjeux et pistes d’actions pour le changement d’échelle des innovations sociales

 

 

Mobiliser les ressources humaines nécessaires à la duplication

 

Que l’initiative du développement soit prise par la structure d’origine ou que des porteurs de projet externes la sollicitent pour mener un projet identique, les ressources humaines vont jouer un rôle crucial dans le processus de duplication. Sans les femmes et les hommes motivés et compétents pour porter le projet et le consolider, le développement ne pourra avoir lieu. L’engagement et les compétences de ces personnes constituent des clés de réussite ou d’échec.

Identifier un porteur de projet susceptible de dupliquer l’initiative de la structure fondatrice avec succès est un exercice compliqué. En effet, il s’agit généralement d’une personne étrangère au projet initial, qui n’est pas familière des métiers de l’entreprise et qui s’en empare pour l’implanter sur son territoire. Le porteur de projet, tout comme le dirigeant d’une entreprise sociale, doit donc posséder certains traits de caractère : volonté de donner du sens à sa vie professionnelle en conjuguant l’économique et le social, tempérament d’entrepreneur, qualités humaines, valeurs humanistes affirmées, etc. Toutefois, même si on peut observer ces qualités chez le porteur de projet au moment de son recrutement, on conclut souvent à l’échec de la duplication pour des « raisons humaines ».

Les raisons que l’on peut évoquer sont de plusieurs natures : le porteur de projet n’en est pas l’initiateur, « ce n’est pas son bébé ».

En cas de difficultés, celui-ci ne sera pas particulièrement encouragé à le défendre « corps et âme ». En effet, le profil des porteurs de projet est souvent basé sur la sécurité : il s’agit de personnes n’ayant pas d’idée spécifique pour créer un projet et souhaitant, dans une certaine mesure, sécuriser leur acte d’entreprendre. Le dispositif des Fabriques à initiatives est également confronté à cette problématique étant donné que le recrutement du porteur de projet arrive à la fin du processus. Une autre explication est qu’il est très rare de détecter un porteur de projet qui possède à la fois une bonne connaissance du territoire, du secteur d’activité et des compétences managériales reconnues. Le rôle d’accompagnateur de la structure fondatrice est, ici, à nouveau essentiel : une immersion de plusieurs jours dans la structure peut être un premier moyen pour le porteur de s’approprier le métier et l’entreprise qu’il va être chargé de dupliquer. 

Anticiper les tendances : Connaitre les spécificités propres à l'entrepreneuriat social

L'entrepreneuriat social se définit selon Dees (1998), comme «  jouant le rôle d'agents de changement dans le secteur social, par :

- L’adoption d’une mission sociale en vue de créer de la valeur sociale (et pas seulement de la valeur privée),

- la reconnaissance et la poursuite sans relâche de nouvelles occasions de servir cette mission,- l’engagement dans - un processus continu d’innovation, d'adaptation et d'apprentissage,

- la recherche continue de nouvelles ressources complémentaires,

- la responsabilisation face aux engagements pris au niveau social et à l’impact engendré. »